5 questions à se poser avant d’investir dans une machine à sertir les flexibles de frein

En tant que futur acheteur vous devez vous poser cette toute première question :
Ai-je besoin d’une machine à sertir manuelle, électrique ou pneumatique ?
 
Ce qui est tout à fait logique car votre besoin va dépendre de plusieurs facteurs :

  1. Le lieu du sertissage : allez-vous entreposer votre machine dans un atelier, dans un camion de dépannage ?
  2. La quantité à fabriquer : est-ce de la petite ou de la grande série ?
  3. La capacité de la machine : jusqu’à quel diamètre devez-vous sertir ?
  4. La puissance de la machine : quelle matière allez-vous devoir sertir ?
  5. La sécurité pour le client : est-il possible de tester les flexibles sous pression ?

Vous devez vous poser ces 5 questions avant d’acheter une sertisseuse. Vous pourrez ensuite consulter les avis de professionnels qui utilisent au quotidien la machine qui vous intéresse.

Entrons tout de suite dans le vif du sujet.

5 questions avant acheter machine à sertir

Le lieu du sertissage

En fonction de la source d’alimentation de votre lieu de travail et de votre utilisation, vous allez vous orienter vers une gamme de presses adéquate. Soit une pompe à main, soit une sertisseuse pneumatique ou soit une sertisseuse électrique.

La quantité à fabriquer

Là aussi, pas de mystère. Si vous avez une idée de la quantité de flexible de frein ou de direction assistée que vous serez amené à sertir, vous allez choisir :

  • Une presse électrique : elle est conseillée pour la production en plus grande série. Chez BrakeQuip, la machine est 2 en 1. C'est-à-dire qu’elle sertit et teste. C’est un gain de temps et d’argent non négligeable. Elle se règle automatiquement avec le jeu de mors adéquat et s’arrête automatiquement dès qu’elle atteint la côte enregistrée.

  •  Une presse pneumatique : elle est conseillée pour de plus petites séries et est plus adaptée pour les ateliers mobiles (camion de dépannage par exemple). Par contre le réglage se fait manuellement. Cela nécessite aussi l’investissement d’un banc de test pour mettre à l’épreuve les flexibles sous pression.

La capacité de la machine

Le diamètre du flexible va varier en fonction de la capacité de sertissage souhaitée. Pour une activité de freinage, la machine doit être en mesure de sertir les flexibles de frein et de direction assistée. Cela va du diamètre 8,7 pour du téflon à 18 pour de la direction assistée. Ces côtes de sertissage doivent donc être respectées pour éviter tout accident.

La puissance de la machine

Le principe même d’un sertissage consiste à écraser un cylindre métallique (un embout) autour d’un tuyau, d’un flexible ou d’un tube. La matière du tuyau va varier en fonction du fluide véhiculé. C’est aussi le cas de l’embout. Votre choix se fera entre l’acier ou l’inox. La puissance de sertissage sera donc différente.
On utilisera pour les tuyaux :

  • EPDM : norme SAEJ1401
  • Téflon : pour les véhicules utilisant du liquide hydraulique minéral (LHM) très corrosif.
  • Flexibles de direction assistée : norme SAEJ2050 pour de la haute pression et norme SAEJ1910 pour de la basse pression.

Vous l’aurez compris la puissance de la machine est une caractéristique essentielle.

La sécurité pour le client

Toutes les machines à sertir ne sont pas conçues pour tester les flexibles de frein et de direction assistée sous pression. Il faut en règle générale investir dans un banc de test. Chez BrakeQuip, on a créé une sertisseuse 2 en 1 : la BQ 1005-6.

Il est indispensable de tester et d’éprouver les flexibles avant de les livrer au client. Il en va de leur sécurité. Chaque professionnel est couvert et chaque client dispose d’une double garantie : le test sous pression et le respect des normes internationales des tuyaux utilisés.

Conclusion

Vous savez dorénavant comment orienter votre choix. Si vous souhaitez avoir plus d’informations techniques, n’hésitez pas à m’appeler. Le numéro est affiché sur le site Internet. En attendant, voici comment BrakeQuip peut répondre à vos besoins de fabrication de flexibles de frein.

À bientôt !

Habib Rekik.

Rejoindre le réseau BrakeQuip